Articles

20130330 - ITW Télématin - Johanna

RMC et Télématin : les passages consacrés à YPREMA !

Non, non, ce n’était pas un remake de l’Arlésienne, il a bien été question d’YPREMA sur RMC, le 26 mars dernier, et Johanna Dubois, directrice du développement durable chez YPREMA, est bien passée dans Télématin le 30. Chose promise, chose dûe : nous avons récupéré les extraits concernés et comme promis, on vous en fait profiter !

Tout d’abord la chronique minute de Michel Picot, Les TPE/PME avancent, pour RMC, primo-diffusion le 26 mars dernier, donc :

Et le passage de Johanna dans Télématin, le 30 mars dernier :

 A bientôt !

6276688407_12900948a2_b

Revue de presse YPREMA (Episode 4)

Sûrement et tranquillement, YPREMA continue à faire parler d’elle dans la presse.

La semaine dernière la Gazette des communes publiait un article sur CBM, premier franchisé du réseau YPREMA, que vous pouvez lire en cliquant sur l’image ci-dessous.

Article sur CBM et YPREMA dans la Gazette des Communes du 11 mars 2013

Le 8 mars dernier nous vous avions promis de mettre en ligne la vidéo d’YPREMA dans Emission de Solutions dès que possible. La vidéo n’est plus accessible depuis le site de France 2, la voici donc depuis le compte Youtube d’YPREMA :

Après avoir consacré un premier article à la franchise Yprema sur son site web en Février, Franchise Magazine lui consacre à nouveau un article  page 38 de son édition d’avril-mai 2013 à paraître ces jours-ci.

Article de Franchise Magazine (N°235 avril-mai 2013) sur la signature de la première franchise YPREMA

Enfin, YPREMA sera présente mardi prochain, 26 mars, à 8h28 dans  « Les TPE/PME avancent ! », la chronique de Michel Picot dans la matinale de RMC : Bourdin & Co !

A la semaine prochaine pour une autre revue de presse ! Et peut-être quelques actualités en plus !

Crédit photo d’illustration : News Flash

Newspaper by News Flash

Première Franchise : La revue de presse (Episode 3)

Newspaper by News Flash


On revient progressivement à une activité médiatique courante autour d’YPREMA avec les vacances de février. 

L’article paru dans la version papier du Dauphiné Libéré sur CBM, premier franchisé du réseau YPREMA, est désormais accessible en ligne.

YPREMA était également à l’honneur sur Le Mouv’. Lors d’une visite sur le site d’Emerainville, Johanna Dubois, directrice du développement durable d’YPREMA a servi de guide et de pédagogue autour des questions de recyclage, écologie industrielle, économie circulaire et développement durable. L’émission est disponible à l’écoute sur cette page.

Claude Prigent a également été interviewé par EFE, société de formation et d’édition autour des entreprises pour son blog sur l’environnement. Une interview reprise par l’Institut de l’Economie Circulaire. 

Pour relire le reste de la revue de presse autour de la signature du premier franchisé d’YPREMA, c’est par ici, et par .

Et ne ratez pas, ce soir, YPREMA dans Emissions de solutions, sur France 2, entre le journal et la météo ! De notre côté on tâchera de partager le lien vers la vidéo en ligne dès que possible 

Bonne fin de vacances pour ceux qui sont encore en vacances et bon courage pour la reprise aux autres !
Crédit photo d’illustration : News Flash

Journaux

Première Franchise Yprema : la revue de Presse (Episode 2)

Encore quelques mentions intéressantes cette semaine pour YPREMA autour de la signature de son premier franchisé, CBM.

Franchise Magazine nous consacre un article, disponible sur son site web.

Johanna Dubois était l’invitée de Planète Bleu sur France Bleu samedi dernier.
Vous pouvez réécouter son intervention sur cette page.

Claude Prigent était l’invité du Business Club de France sur BFM ce week-end.
Vous pouvez écouter le podcast de l’émission en cliquant sur ce lien.
Claude intervient à partir de 24’14.

EcoBretagne.com nous mentionnait lundi dans sa newsletter :

Mention d’YPREMA dans la newsletter d’EcoBretagne.com

Et enfin, le Dauphiné Libéré mentionne YPREMA dans l’article de son supplément entreprises annonçant que CBM devient notre premier franchisé.

Mention d’YPREMA dans le supplément « Entreprises » du Dauphiné Libéré

 

Enfin, l’article de Gilles Van Kote dans Le Monde de la semaine passée, est désormais accessible en ligne pour les abonnés aux archives web du journal.

Merci encore à tous ceux qui parlent de notre actualité et à tous ceux qui pensent à l’expertise YPREMA lorsqu’il s’agit de parler d’économie circulaire !

 

Crédit photo d’illustration : News Flash

6276688407_12900948a2_b

Première Franchise Yprema : revue de presse


En début de semaine dernière, YPREMA donnait une conférence de presse au Train Bleu, gare de Lyon à Paris, à l’occasion de la première signature d’une franchise.

Suite à cela, nous avions d’ailleurs partagé ici même un lien vers le premier article paru sur le sujet. Depuis, d’autres publications ont mis YPREMA à l’honneur dans leurs pages.

Florilège.

(Cliquez sur les articles pour les visionner en plus grand) 

Article  de Myriam Chauvet dans Les Echos du 06/02/2013 (cliquez ici pour la version internet mobile)

 

Article de Jean-Yves Guérin dans le  Figaro du 06/02/2013

 

Article de Gilles Van Kote dans Le Monde du 07/11/2013

 

Article dans Recyclage Récupération du 11/02/2013

 

Article de Yann Butillon dans le dernier numéro de Béton[s] le magazine

Nous avons eu d’autres retours en ligne cette semaine :

– sur les sites de BFMTV et aussi dans l’émission Green Business du 10/02 sur la même chaîne, avec pour invitée Johanna Dubois, Directrice Développement Durable chez YPREMA,

– sur les sites de France BTPCourrier Cadres, des Echos de la Franchise, de Les Echos Business, de Toute-La-Franchise.com, de radioethic.com, de forum-chantiers, ainsi qu’une mention sur le site de l’agence Sageret

Sans compter les sites qui ont lié et relayé ces articles ! 2013 sera une année YPREMA !

Crédit photo d’illustration : News Flash

Article sur YPREMA paru dans le Parisien 14-01-2013

« Je transforme les déchets en matières premières » (Le Parisien 14/01/2013)

Ce 14 janvier 2013, le Parisien publiait un excellent article de Marie Lepesant, autour de l’activité d’YPREMA.

Article sur YPREMA paru dans le Parisien 14-01-2013

Cliquez sur l’image pour en visionner un agrandissement,

ou cliquez ici pour télécharger le pdf.

Mise en page 1

Sortir du statut de déchet

Depuis plus de 20 ans, la société YPREMA réceptionne les déconstructions du BTP et les transforme en matériaux à destination des chantiers routiers. Proches des centres urbains et des acteurs de la déconstruction du BTP, cette activité produit des matériaux routiers de qualité.

La directive européenne cadre Déchets de 2008 transposée en droit français par l’ordonnance du 17 décembre 2010 est le fondement d’une société Européenne du recyclage.

Elle définit les termes «déchet» et «recyclage», précise la hiérarchisation des modes de traitement, tout en rappelant l’objectif de 70 % de recyclage des déchets du BTP d’ici 2020 et précise les 4 critères pour l’obtention du statut de produit.

La nouvelle plaquette YPREMA, Sortir du statut de déchet, la reconnaissance d’une industrie vous permettra de découvrir :

– Le projet européen de 2008 autour du recyclage
– Le modèle économique YPREMA
– Les conditions de sortie du statut de  déchet
– Un exemple concret, avec le site YPREMA de Massy

Vous pouvez télécharger ce document depuis notre site institutionnel.

Cette vidéo explique également le processus pour sortir du statut de déchet :

La Franchise Industrelle

Sortie de la plaquette « Franchise Industrielle »

La Franchise Industrelle

YPREMA lance sa plaquette « Franchise Industrielle« .

Réceptionner les déchets, les transformer en produits et vendre ces produits est aujourd’hui un vrai schéma économique. Pour atteindre en 2020 l’objectif européen et français de recyclage des matériaux de déconstruction, il faut multiplier par 4 le nombre de plateformes de recyclage.

Ce document vous permettra de découvrir :

– Courquoi YPREMA propose cette solution de franchise
– Comment se met en place la franchise YPREMA
– Comment cette franchise permet la transition du statut de d’entreprise de traitement de déchets vers celui d’entreprise de recyclage.

Vous pouvez consulter ce document librement depuis notre site institutionnel.

Tri-Man

Déchets recyclables : une signalétique commune dès 2015

«Tri-man», «signalétique appropriée» conçue par l'Ademe, prévue par le projet de décret pour informer de la recyclabilité des produits © DR

Un projet de décret précisant les conditions de mise en œuvre, au 1er janvier 2015, d’une « signalétique commune » permettant aux consommateurs d’identifier les produits recyclables est soumis jusqu’au 6 décembre prochain à la consultation du public, sur le site du ministère de l’Écologie, mardi 20 novembre 2012. Cette signalétique, prévue par la loi Grenelle II à compter du 1er janvier 2012, consiste en un logo (cf. image ci-contre) devant permettre de faciliter le geste de tri des consommateurs. Elle va de pair avec une harmonisation des consignes de tri dans les collectivités françaises, déjà détaillée par un décret de mars dernier (AEF n°13096).

Voici les principales dispositions du projet de décret.

PRODUITS CONCERNÉS. Le projet de texte concerne « tous les metteurs sur le marché de produits recyclables soumis à un dispositif de responsabilité élargie du producteur qui relèvent d’une consigne de tri ».

Une première version du projet de décret, consultée par AEF Développement durable, prévoyait une mise en œuvre progressive du dispositif exemptant les PME, qui aurait pu être le préalable à la coexistence de plusieurs logos, moins lisibles pour le consommateur.

Cette disposition a disparu du projet de texte mis en ligne sur le site du ministère. Les déchets relevant de la filière des piles et accumulateurs usagés ainsi que de celle des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques), qui font déjà l’objet d’une signalétique particulière, ne sont pas soumis à celle que prévoit le projet de décret.

LISIBILITÉ. La signalétique « est visible, lisible, compréhensible et indélébile. Elle n’est pas dissimulée, voilée ou séparée par d’autres indications ou images », selon le projet de texte.

Sa taille doit être « au moins aussi importante que celle des marquages indicatifs de la contribution financière des metteurs sur le marché aux dispositifs de responsabilité élargie du producteur qui sont apposés sur ces produits » – comme le Point vert pour les entreprises contribuant à Eco-Emballages.

« En l’absence de tels marquages sur le produit considéré, elle est au minimum de 1 cm par 1 cm ou de 1 cm carré si le marquage n’est pas carré. En cas d’impossibilité technique, en particulier du fait de la faible taille de l’emballage, la taille de cette signalétique pourra déroger à ces dimensions minimales, sans pouvoir toutefois être inférieures à 0,6 cm par 0,6 cm ou 0,36 cm carré si le marquage n’est pas carré. »

En cas de produit avec plusieurs emballages recyclables, le metteur sur le marché informe le consommateur par la signalétique « soit sur chacun des emballages recyclables, soit sur l’emballage avec lequel le consommateur est le plus en contact ». Dans ce dernier cas, il informe « le consommateur que les autres emballages recyclables ne portant pas la signalétique relèvent également d’une consigne de tri ».

DÉROGATIONS. En cas d’impossibilité de faire figurer ce logo sur un produit normalement concerné par le dispositif, « les organisations représentatives des metteurs sur le marché de ce type de produits [devront adresser] au ministère chargé de l’environnement un rapport justifiant de cette impossibilité ». Un arrêté fixera « la liste des types de produits » concernés par cette impossibilité. Une disposition similaire est prévue pour les emballages, la liste des emballages concernés devant elle aussi être précisée dans l’arrêté précédemment cité.

STOCKS. Les produits non conformes aux dispositions mentionnées par le projet de décret « sont commercialisables jusqu’à écoulement des stocks, à condition d’avoir été mis sur le marché avant le 31 décembre 2013 ».

SANCTIONS. En cas de non-respect de l’entrée en vigueur de la nouvelle signalétique à compter du 1er janvier 2015, le metteur sur le marché se voit aviser par le préfet « des faits qui lui sont reprochés et de la sanction qu’il encourt. L’intéressé est mis à même de présenter ses observations, écrites ou orales, dans le délai d’un mois, le cas échéant, assisté d’un conseil ou représenté par un mandataire de son choix ».

Le préfet « peut » alors, au terme de cette procédure, « prononcer une amende administrative dont le montant tient compte de la gravité des manquements constatés. Ce montant ne peut excéder 750 euros pour une personne physique et 3 750 euros pour une personne morale par tonne de produits mis sur le marché visés par le présent décret ou une somme forfaitaire maximale de 150 000 euros ».

Image : «Tri-man», «signalétique appropriée» conçue par l’Ademe, prévue par le projet de décret pour informer de la recyclabilité des produits © DR